Couleurs & apparence > Couleurs beaux arts et décoration


Présentation
Nos compétences
Notre entreprise
Informations pratiques
Ecrivez nous
Liens Favoris
Nos procédés
Un ensemble cohérent
Identifier une couleur
Préconiser des couleurs
Formuler une couleur
Déterminer ses tolérances
Le phémomène couleur
Histoire des couleurs
La perception colorée
Le triplet
La lumière
L'objet
L'observateur
La trivariance visuelle
les mélanges de couleurs
Métrologie des couleurs
Les espaces chromatiques
Les écarts de couleur
Les tolétrances
Les indices
Les appareils de mesure
Les calculs colorimétriques
La couleur numérique
Gérer les images numériques
Périphériques numériques
La photo numérique
Couleurs & apparence
Plus noir que noir !
Le modèle d'apparence
Théorie sur l'apparence
Les illusions optiques colorées
Couleurs beaux arts et décoration
Colorimétrie industrielle
Identifier une couleur
Les gamuts industriels
Assurer la qualité totale
Intervenir sur une couleur
Gérer les tolérances
Gérer un système à teinter
Assurance qualité couleur
Guide d'élaboration du manuel qualité
L'expression fonctionnelle
Critères d'identité visuelle
Critères colorimétriques
Critères d'aspect
Critères d'application
Critères particuliers
Compléments couleur
Température de lumière
Relations de Kubelka & Munk
Formulation de teinte

Couleurs et beaux arts

AccueilLiens favorisÉcrivez-nousPlan du site
Couleurs et beaux arts | Couleurs et décoration

La notion de contrastes


Michel-Eugène Chevreul s’est fait connaître des peintres pour sa « loi du contraste simultané des couleurs » :
sollicité par les teinturiers de la Manufacture des Gobelins, qui se plaignaient que certaines couleurs donnaient de mauvais résultats, il découvrit d’abord que certaines teintures n’étaient chimiquement pas stables ; puis il observa que d’autres teintures, pourtant chimiquement stables, ne donnaient pas les résultats qu’on attendait d’elles. C’est ainsi qu’il découvrit que les couleurs sont contaminées par les couleurs voisines.

Il démontra qu’une couleur est influencée par la couleur complémentaire de la couleur voisine. Voila pourquoi le blanc qui jouxte du bleu semble jaune (le jaune est le complémentaire du bleu). Voila aussi pourquoi du vert et du rouge semblent parfois « clignoter », ou « vibrer » : le complémentaire du vert est un rouge qui aura peu de chances d’être exactement celui d’à côté, et on observera un phénomène de battements

Les contrastes de valeurs



Les contrastes de couleurs



Les contrastes de gammes

Image


Les contratstes de complémentaires




© Color ID
Mentions légales