Le phémomène couleur > L'observateur


Présentation
Nos compétences
Notre entreprise
Informations pratiques
Ecrivez nous
Liens Favoris
Nos procédés
Un ensemble cohérent
Identifier une couleur
Préconiser des couleurs
Formuler une couleur
Déterminer ses tolérances
Le phémomène couleur
Histoire des couleurs
La perception colorée
Le triplet
La lumière
L'objet
L'observateur
La trivariance visuelle
les mélanges de couleurs
Métrologie des couleurs
Les espaces chromatiques
Les écarts de couleur
Les tolétrances
Les indices
Les appareils de mesure
Les calculs colorimétriques
La couleur numérique
Gérer les images numériques
Périphériques numériques
La photo numérique
Couleurs & apparence
Plus noir que noir !
Le modèle d'apparence
Théorie sur l'apparence
Les illusions optiques colorées
Couleurs beaux arts et décoration
Colorimétrie industrielle
Identifier une couleur
Les gamuts industriels
Assurer la qualité totale
Intervenir sur une couleur
Gérer les tolérances
Gérer un système à teinter
Assurance qualité couleur
Guide d'élaboration du manuel qualité
L'expression fonctionnelle
Critères d'identité visuelle
Critères colorimétriques
Critères d'aspect
Critères d'application
Critères particuliers
Compléments couleur
Température de lumière
Relations de Kubelka & Munk
Formulation de teinte

Chimie des cônes

AccueilLiens favorisÉcrivez-nousPlan du site
Sensibilité spectrale | Chimie des cônes | Vision diurne et nocturne | Le daltonisme | Limites angulaires | Le cerveau

Importance de la vitamine A


Comme le montre la figure ci dessus les cônes sont sensibles à trois types différents de longueur d'onde. Ils adressent au cerveaux trois signaux correspondant au rouge, au vert et au bleu. Cette analyse des images en trois couleurs primaires est à la base de notre vision chromatique et est due à la présence de trois molécules distictes dans les cônes.

À gauche, une représentation de la molécule de iodopsine M. (au centre du modèle, en rouge, le rétinal, et en diverses couleurs, les 7 hélices alpha de l'opsine).
La iodopsine,en fait constituée de l'union de deux molécules - le rétinal et l'opsine - est présente sous trois formes au niveau des cônes, les rendant photosensibles à trois différentes longueurs d’onde, le rouge, le vert et le bleu.
Le rétinal est une des formes de la vitamine A. Cette vitamine (origine = ß-carotène  = pro-vitamine A ) est indispensable à la vision des couleurs.
À droite, la sensibilité spectrale des cônes (courbes en couleur) et des bâtonnets (courbe en noir et en pointillé)
La rhodopsine, également constituée de rétinal et d’opsine, constitue le récepteur des bâtonnets. La courbe de dissociation de la rhodopsine est superposable à celle de la vision scotopique.




© Color ID
Mentions légales