Métrologie des couleurs > Les espaces chromatiques


Présentation
Nos compétences
Notre entreprise
Informations pratiques
Ecrivez nous
Liens Favoris
Nos procédés
Un ensemble cohérent
Identifier une couleur
Préconiser des couleurs
Formuler une couleur
Déterminer ses tolérances
Le phémomène couleur
Histoire des couleurs
La perception colorée
Le triplet
La lumière
L'objet
L'observateur
La trivariance visuelle
les mélanges de couleurs
Métrologie des couleurs
Les espaces chromatiques
Les écarts de couleur
Les tolétrances
Les indices
Les appareils de mesure
Les calculs colorimétriques
La couleur numérique
Gérer les images numériques
Périphériques numériques
La photo numérique
Couleurs & apparence
Plus noir que noir !
Le modèle d'apparence
Théorie sur l'apparence
Les illusions optiques colorées
Couleurs beaux arts et décoration
Colorimétrie industrielle
Identifier une couleur
Les gamuts industriels
Assurer la qualité totale
Intervenir sur une couleur
Gérer les tolérances
Gérer un système à teinter
Assurance qualité couleur
Guide d'élaboration du manuel qualité
L'expression fonctionnelle
Critères d'identité visuelle
Critères colorimétriques
Critères d'aspect
Critères d'application
Critères particuliers
Compléments couleur
Température de lumière
Relations de Kubelka & Munk
Formulation de teinte

Les spécification LMS

AccueilLiens favorisÉcrivez-nousPlan du site
L'espace perceptuel | L'espace XYZ | L'espace Yxy | L'espace CIELab | Les spécification LMS


Les fonctions dites fondamentales LMS


Depuis une vingtaine d'années, on dispose des fondamentales, c'est-à-dire des sensibilités spectrales à tout rayonnement monochromatique se présentant devant la cornée, pour les cônes sensibles aux grandes longueurs d'onde L(λ), aux moyennes M(λ), aux courtes Sλ) for long, middle, and short wavelength cones.

A partir des fonctions RGB les fonctions LMS peuvent être calculées.


Dans l'attente d'une recommandation CIE


Une proposition de recommandation de la CIE est à l'étude. Elle serait dérivée des fonctions colorimétriques originales des 50 observateurs de Stiles et Burch (1959), mesurées sur un champ de 10° et nettoyées de l'intrusion des bâtonnets, qui entrent majoritairement dans la constitution de l'observateur de référence colorimétrique supplémentaire CIE 1964. On procéderait alors à la reconstitution des fondamentales d'un observateur colorimétrique 2°. C'est l'extrême qualité des mesures de Stiles et Burch qui orienterait le choix de la CIE. Les tables de ces fondamentales dérivées par Stockman & Sharpe (2000) sont disponibles sur le site CVRL


Retour à la page "les espaces chromatiques"


© Color ID
Mentions légales