Le phémomène couleur


Présentation
Nos compétences
Notre entreprise
Informations pratiques
Ecrivez nous
Liens Favoris
Nos procédés
Un ensemble cohérent
Identifier une couleur
Préconiser des couleurs
Formuler une couleur
Déterminer ses tolérances
Le phémomène couleur
Histoire des couleurs
La perception colorée
Le triplet
La lumière
L'objet
L'observateur
La trivariance visuelle
les mélanges de couleurs
Métrologie des couleurs
Les espaces chromatiques
Les écarts de couleur
Les tolétrances
Les indices
Les appareils de mesure
Les calculs colorimétriques
La couleur numérique
Gérer les images numériques
Périphériques numériques
La photo numérique
Couleurs & apparence
Plus noir que noir !
Le modèle d'apparence
Théorie sur l'apparence
Les illusions optiques colorées
Couleurs beaux arts et décoration
Colorimétrie industrielle
Identifier une couleur
Les gamuts industriels
Assurer la qualité totale
Intervenir sur une couleur
Gérer les tolérances
Gérer un système à teinter
Assurance qualité couleur
Guide d'élaboration du manuel qualité
L'expression fonctionnelle
Critères d'identité visuelle
Critères colorimétriques
Critères d'aspect
Critères d'application
Critères particuliers
Compléments couleur
Température de lumière
Relations de Kubelka & Munk
Formulation de teinte

La trivariance visuelle

AccueilLiens favorisÉcrivez-nousPlan du site
La théorie de Young-Helmholtz | La théorie du retinex de Land | Les lois de Grassmann | Travaux de Wright et Guild | Les espaces vectoriels


La trivariance visuelle


La colorimétrie n’existerait pas sans la loi d'Abney et les lois de Grassmann. Elles permettent de définir la trivariance visuelle, base des travaux de Wright et Guild.

Selon la norme NF X 08-000, le principe de la trivariance visuelle, s’énonce :

Un rayonnement de couleur quelconque mais réel, …, peut être produit visuellement à l’identique, dans des conditions d’observation déterminées, par le mélange algébrique, en proportions définies de manière unique, des flux lumineux de trois rayonnements de couleur réels qui peuvent être arbitrairement choisis, sous  la seule réserve qu’aucun d’eux ne puissent être reproduit par un mélange approprié des deux autres.



La loi d’ABNEY

En 1913, ABNEY formulait un principe expérimental qui est à la base de la colorimétrie théorique. Selon ce principe, la superposition de flux lumineux monochromatiques donne un rayonnement monochromatique dont le flux lumineux est égal à la somme des flux lumineux des radiations composantes.


La loi d'Abney est fondamentale car elle permet de passer de la radiométrie (domaine des ondes électromagnétiques sur toutes les longueurs d'onde) à la photométrie (domaine des ondes électromagnétiques pour les longueurs d'onde auxquelles l'oeil est sensible) grâce à la fonction d'efficacité lumineus photopique.



© Color ID
Mentions légales