Assurance qualité couleur > Critères colorimétriques


Présentation
Nos compétences
Notre entreprise
Informations pratiques
Ecrivez nous
Liens Favoris
Nos procédés
Un ensemble cohérent
Identifier une couleur
Préconiser des couleurs
Formuler une couleur
Déterminer ses tolérances
Le phémomène couleur
Histoire des couleurs
La perception colorée
Le triplet
La lumière
L'objet
L'observateur
La trivariance visuelle
les mélanges de couleurs
Métrologie des couleurs
Les espaces chromatiques
Les écarts de couleur
Les tolétrances
Les indices
Les appareils de mesure
Les calculs colorimétriques
La couleur numérique
Gérer les images numériques
Périphériques numériques
La photo numérique
Couleurs & apparence
Plus noir que noir !
Le modèle d'apparence
Théorie sur l'apparence
Les illusions optiques colorées
Couleurs beaux arts et décoration
Colorimétrie industrielle
Identifier une couleur
Les gamuts industriels
Assurer la qualité totale
Intervenir sur une couleur
Gérer les tolérances
Gérer un système à teinter
Assurance qualité couleur
Guide d'élaboration du manuel qualité
L'expression fonctionnelle
Critères d'identité visuelle
Critères colorimétriques
Critères d'aspect
Critères d'application
Critères particuliers
Compléments couleur
Température de lumière
Relations de Kubelka & Munk
Formulation de teinte

Les indices

AccueilLiens favorisÉcrivez-nousPlan du site
Le facteur spectral de réflexion | Composantes et coordonnées | Ecarts de couleur | La métamérie | Les indices

  • La blancheur, qualité prépondérente d'un substrat :
  • Classement des blancheurs
  • Analyse fonctionnelle de la blancheur
  • Le jaunissement, autre qualité d'un substrat :
  • Normes ASTM

  • La blancheur, qualité prépondérente d'un substrat :

    L'utilisation récente des produits recyclés nous oblige à distinguer deux catégories pour ces matières : les recyclées et les non recyclées.

    Le recyclage affectant de manière sensible la blancheur , celle-ci devra être appréciée selon un critère différent.

    L'AFNOR, dans son recueil "Couleur - Colorimétrie (1989)" ne présente pas de normes particulières à la blancheur.
    Il faut rechercher, dans les normes étrangères ou les recommandations CIE, des indications sur les indices de blancheur.

    En particulier, la nomre ASTM E313-4.2 calculée à partir des composantes trichromatiques Y et Z sous l'illuminant C et observateur 2°, et les indices de blancheur CIE WCIE et TW,CIE calculés à partir des coordonnées Y,x,y observateur 2° ou 10° illuminant D65.
    Nous donnons ces formules à titre indicatif.



    Le jaunissement, autre qualité d'un substrat :

    Il est également possible de calculer l'indice de jaunissement comme évaluation de la blancheur bien que cet indice soit plus particulièrement réservé à la mesure de la dégradation des matériaux soit à la température, soit à la lumière.



    Classement des blancheurs

    Ces deux indices sont calculés avec illuminant C et observateur 2°.

    Tous les indices présentés imposent, soit la mesure du facteur de réflexion, soit la mesure des composantes trichromatiques X,Y,Z.

    Ces supports entrant dans la composition de la couleur du fait de l'opacifiant partiel, il importe que leur identité colorimétrique ait le moins d'influence possible sur la couleur finale obtenue après application d'une encre de composition et d'épaisseur constante.

    Cette identité dépend principalement de la constance de la luminance lumineuse Y et du point de couleur défini par x et y.

    Examinons les paramètres de calcul dont dépendent les indices ci-dessus évoqués, nous découvrirons trois classements



    Normes ASTM

    Nota : les coefficients des relations ASTM sont donnés pour les valeurs des composantes X,Y,Z observateur 2° et illuminant C.
     
    Valeurs des sommations :


    Ces coefficients peuvent être modifiés si l'on utilise un autre observateur et/ou illuminant.



    Analyse fonctionnelle de la blancheur

    Les normes d'assurance qualité recommandant de référencer, quand cela est possible, des grandeurs normalisées, on peut trouver dans ces normes le moyen d'évaluer l'identité colorimétrique des supports blancs. Le support blanc impose deux conditions réunies :

    1. que TWCIE -> 0 (vérification du point de couleur)
    2. que WCIE -> Y (intégration de Y)

    L'intérêt du choix de ces normes est accru par le fait qu'elles sont conçues pour l'illuminant D65 et l'observateur 10°. Deux conditions aujourd'hui recommandées pour le contrôle colorimétrique.

    Cette méthode ne comporte qu'un seul défaut : elle ne prend pas en compte des écarts de tonalité toujours possibles, mais les écarts de luminance et de saturation du support ont plus d'incidence sur la couleur appliquée, quand on se trouve à des valeurs Y élevées et des saturations proches de 0, ce qui bien entendu est le cas des blancs.

    Un dernier avantage de cette méthode provient du fait qu'on peut l'appliquer aux matières recyclées ou non. Seules les limites d'acceptation varieront selon  ce type de matière.

    Par contre, pour certaines matières recyclées telles que par exemple les cartons destinés à la confection de suremballages, il peut être préférable de retenir un indice de jaunissement tel que par exemple YIASTM D1925, mais d'y ajouter une tolérance sur Y.

    Reste la prise en compte de la fluorescence due aux azurants optiques. Cette particularité de certains supports blancs impose l'utilisation d'appareils de mesure à éclairage polychromatique.

    L'analyse fonctionnelle pour l'assurance de l'identité colorimétrique des matières supports blanches (catégorie C) peut être présentée comme suit :




    © Color ID
    Mentions légales