La couleur numérique > La photo numérique


Présentation
Nos compétences
Notre entreprise
Informations pratiques
Ecrivez nous
Liens Favoris
Nos procédés
Un ensemble cohérent
Identifier une couleur
Préconiser des couleurs
Formuler une couleur
Déterminer ses tolérances
Le phémomène couleur
Histoire des couleurs
La perception colorée
Le triplet
La lumière
L'objet
L'observateur
La trivariance visuelle
les mélanges de couleurs
Métrologie des couleurs
Les espaces chromatiques
Les écarts de couleur
Les tolétrances
Les indices
Les appareils de mesure
Les calculs colorimétriques
La couleur numérique
Gérer les images numériques
Périphériques numériques
La photo numérique
Couleurs & apparence
Plus noir que noir !
Le modèle d'apparence
Théorie sur l'apparence
Les illusions optiques colorées
Couleurs beaux arts et décoration
Colorimétrie industrielle
Identifier une couleur
Les gamuts industriels
Assurer la qualité totale
Intervenir sur une couleur
Gérer les tolérances
Gérer un système à teinter
Assurance qualité couleur
Guide d'élaboration du manuel qualité
L'expression fonctionnelle
Critères d'identité visuelle
Critères colorimétriques
Critères d'aspect
Critères d'application
Critères particuliers
Compléments couleur
Température de lumière
Relations de Kubelka & Munk
Formulation de teinte

L'éclairage

AccueilLiens favorisÉcrivez-nousPlan du site
L'éclairage | La focale | L'ouverture | Sensibilité, lumination et profondeur de champs | Le capteur | Le formatage image | Contraintes des capteurs

  • Le type de source
  • L'intensité d'éclairement
  • La température de lumière
  • La géométrie d'éclairement

  • Le type de source

    Les sources naturelles


    Le graphique ci-dessus montre les heures de la lumière de jour pour Berne, l'exposition bleu-clair représente les secteurs des périodes crépusculaires, c.-à-d. quand il fait suffisamment  clair pour voire sans lumière artificielle. Ce graphique démontre que l'éclairage naturel varie dans des proportions importantes selon le lieu, la date et l'heure mais également en fonction de la couverture nuageuse.

    La lumière naturelle possède en outre un spectre d'émission continu elle est donc polychromatique. Elle emet des radiations que notre organe visuel ne détecte pas mais auxquelles les capteurs des appareils photo sont sensibles particulièrement dans l'infrarouge.

    Les sources artificielles

    Polychromatique ne veut pas dire spectre d'émission continu ! Loin s'en faut. Comme les lumières obéissent aux lois des mélanges additifs avec trois lumières monochromatiques il est possible d'obtenir une lumière blanche (voir figure à gauche).

    Les lumières artificielles, à l'exception des lumières incendescentes sont généralement constituées d'un mélange de plusieurs lumières monochromatiques. Certaines couleurs très saturées peuvent ne pas être correctement réfléchies avec des limières dont quelques plages de longueur d'onde sont absentes.


    La température de lumière

    Pour l'utilsation de filtres de conversion voir le site de Vincent Zacharias


    La composition spectrale d'une source de lumière incandescente à spectre continu, comme l'est celle du soleil, peut être définie avec précision par sa température de couleur (ou "Tc") en kelvins (K) ou en mired.  

    Les températures de lumière exprimées en kelvins ne sont autres que les températures exprimées en degrés absolus, c'est-à-dire à partir du zéro absolu (-273°C).  

    Il existe une autre manière d'exprimer la Tc : l'échelle mired (MIcro REciprocal Degree), établie en divisant un million par la Tc indiquée en kelvins. 

      Valeur mired = 1 000 000 / T (K).  

    Son existence est justifiée par le fait que l'échelle des K n'est pas proportionnelle (la variation de couleur de la lumière n'est pas la même aux basses Tc qu'aux Tc plus élevées). L'échelle mired simplifie les calculs de filtres de conversion : chacun d'entre eux à une valeur mired fixe : si vous mesurez en mired l'écart de Tc entre la source et la Tc désirée (par exemple pour la rendre compatible avec un film couleur de "type" donné), vous savez directement quel est le filtre à utiliser. 


    L'intensité d'éclairement

    Candela (cd) :
    Le Candela est l’unité de mesure internationale de base de l’éclairage. C’est l’équivalent approximatif de l'intensité de lumière émise par une chandelle.
    Lumen (Lm) :
    Le lumen est une unité de mesure du flux de lumineux émis par une source . Une source de un candela produit dans toutes les directions (sphère) environ 12.57 lumens
    Lux (Lx) :
    Le lux est l’unité de mesure du niveau d’illumination sur une  surface donnée.  1 lux = 1 lumen 1 m ²

    Exemple de situationÉclairement
    Pleine lune0,5 lux
    Rue de nuit bien éclairée20 - 70 lux
    Appartement lumière artificielle.100 - 200 lux
    Bureau, atelier200 - 3000 lux
    Grand magasin500 - 700 lux
    Stade de nuit, salle de sport1500 lux
    Studio cinéma./TV2000 lux
    Extérieur à l'ombre10000 - 15000 lux
    Ciel couvert25000 - 30000 lux
    Soleil "moyen"48000 lux
    Plein soleil50000 - 100000 lux


    La géométrie d'éclairement


    La géométrie d'éclairement décrit la manière d'éclairer une scène ou un objet.

    Si on veut éviter les ombres ou les "gommer" on utilisera de préférence des éclairages diffus. Si on souhaite mettre en évidence l'aspect brillant des objets on utilisera des éclairages directionnels pour renforcer les reflets. Les deux types d'éclairages doivent être dosés dans une recherche du meilleur effet.



    © Color ID
    Mentions légales