Assurance qualité couleur > Critères colorimétriques


Présentation
Nos compétences
Notre entreprise
Informations pratiques
Ecrivez nous
Liens Favoris
Nos procédés
Un ensemble cohérent
Identifier une couleur
Préconiser des couleurs
Formuler une couleur
Déterminer ses tolérances
Le phémomène couleur
Histoire des couleurs
La perception colorée
Le triplet
La lumière
L'objet
L'observateur
La trivariance visuelle
les mélanges de couleurs
Métrologie des couleurs
Les espaces chromatiques
Les écarts de couleur
Les tolétrances
Les indices
Les appareils de mesure
Les calculs colorimétriques
La couleur numérique
Gérer les images numériques
Périphériques numériques
La photo numérique
Couleurs & apparence
Plus noir que noir !
Le modèle d'apparence
Théorie sur l'apparence
Les illusions optiques colorées
Couleurs beaux arts et décoration
Colorimétrie industrielle
Identifier une couleur
Les gamuts industriels
Assurer la qualité totale
Intervenir sur une couleur
Gérer les tolérances
Gérer un système à teinter
Assurance qualité couleur
Guide d'élaboration du manuel qualité
L'expression fonctionnelle
Critères d'identité visuelle
Critères colorimétriques
Critères d'aspect
Critères d'application
Critères particuliers
Compléments couleur
Température de lumière
Relations de Kubelka & Munk
Formulation de teinte

La métamérie

AccueilLiens favorisÉcrivez-nousPlan du site
Le facteur spectral de réflexion | Composantes et coordonnées | Ecarts de couleur | La métamérie | Les indices


Le critère "absence de métamérie"

Remarquons que le calcul de l'indice de métamérie n'est pas obligatoire pour apprécier la métamérie.

C'est pourquoi retenir l'indice de métamérie comme critère n'est pas obligatoire, d'autant que, à notre connaissance, aucune norme de portée internationale n'établit son mode de calcul.

S'il est nécessaire de tenir compte de la métamérie pour le contretype d'une couleur, il suffit de comparer le contretype au nominal sous deux illuminants très différents. Le contretype sera non métamère s'il satisfait aux mêmes tolérances d'écart colorimétrique sous ces deux illuminants.

En effet, si la tolérance d'écart colorimétrique est admise à  une unité CIELab pour l'illuminant D65 et que l'on recherche un contretype non métamère, il n'y a aucune raison que cette tolérance soit différente sous l'illuminant A. Dans ce dernier cas, il suffit d'ajouter un second critère d'écart colorimétrique sous un illuminant différent du premier pour s'assurer de l'absence de métamérie.

Nous préférons cette dernière méthode car d'une part, elle peut faire appel à un contrôle normalisé et d'autre part, l'indice de métamérie calculé ne permet pas d'évaluer correctement l'écart colorimétrique sous un second illuminant.
 
Par exemple, un indice de métamérie de 1 avec un  Delta E de 1 sous un premier illuminant peut représenter un  Delta E de 2 sous le second illuminant, ce qui est, de notre avis, peu admissible quand on recherche un contretype non métamère. Il est plus logique d'imposer un  Delta E de 1 quelque soit l'illuminant.


Analyse fonctionnelle relative à la métamérie

Des deux méthodes résumées dans le tableau suivant nous préférons la seconde.




© Color ID
Mentions légales