Le phémomène couleur > La trivariance visuelle


Présentation
Nos compétences
Notre entreprise
Informations pratiques
Ecrivez nous
Liens Favoris
Nos procédés
Un ensemble cohérent
Identifier une couleur
Préconiser des couleurs
Formuler une couleur
Déterminer ses tolérances
Le phémomène couleur
Histoire des couleurs
La perception colorée
Le triplet
La lumière
L'objet
L'observateur
La trivariance visuelle
les mélanges de couleurs
Métrologie des couleurs
Les espaces chromatiques
Les écarts de couleur
Les tolétrances
Les indices
Les appareils de mesure
Les calculs colorimétriques
La couleur numérique
Gérer les images numériques
Périphériques numériques
La photo numérique
Couleurs & apparence
Plus noir que noir !
Le modèle d'apparence
Théorie sur l'apparence
Les illusions optiques colorées
Couleurs beaux arts et décoration
Colorimétrie industrielle
Identifier une couleur
Les gamuts industriels
Assurer la qualité totale
Intervenir sur une couleur
Gérer les tolérances
Gérer un système à teinter
Assurance qualité couleur
Guide d'élaboration du manuel qualité
L'expression fonctionnelle
Critères d'identité visuelle
Critères colorimétriques
Critères d'aspect
Critères d'application
Critères particuliers
Compléments couleur
Température de lumière
Relations de Kubelka & Munk
Formulation de teinte

Travaux de Wright et Guild

AccueilLiens favorisÉcrivez-nousPlan du site
La théorie de Young-Helmholtz | La théorie du retinex de Land | Les lois de Grassmann | Travaux de Wright et Guild | Les espaces vectoriels


Expérience de Wright


Cliquer pour agrandir
Wright, en 1928 imagina l’expérience décrite schématiquement ci contre.

L’observateur, par mélange de trois primaires, égalise une couleur du spectre. L’angle d’observation était de 2°

Wright nota pour un panel suffisant d’observateurs la proportion de chaque primaire pour égaliser une couleur monochromatique d’une longueur d’onde déterminée.

L’expérience est validée par Guild en 1931


fonctions r,g,b de l'observateur standard moyen


Wright obtint les trois courbes ci dessus.

Les parties négatives se justifient du fait que Wright du ajouter des lumières primaires à certaines couleurs monochromatiques pour pouvoir les égaliser.
Wright remarque l’excellente superposition des courbes d’un observateur à l’autre.

Ces trois fonctions ont permis à la CIE de définir l'observateur standard moyen 2°





© Color ID
Mentions légales