Assurance qualité couleur > Critères d'aspect


Présentation
Nos compétences
Notre entreprise
Informations pratiques
Ecrivez nous
Liens Favoris
Nos procédés
Un ensemble cohérent
Identifier une couleur
Préconiser des couleurs
Formuler une couleur
Déterminer ses tolérances
Le phémomène couleur
Histoire des couleurs
La perception colorée
Le triplet
La lumière
L'objet
L'observateur
La trivariance visuelle
les mélanges de couleurs
Métrologie des couleurs
Les espaces chromatiques
Les écarts de couleur
Les tolétrances
Les indices
Les appareils de mesure
Les calculs colorimétriques
La couleur numérique
Gérer les images numériques
Périphériques numériques
La photo numérique
Couleurs & apparence
Plus noir que noir !
Le modèle d'apparence
Théorie sur l'apparence
Les illusions optiques colorées
Couleurs beaux arts et décoration
Colorimétrie industrielle
Identifier une couleur
Les gamuts industriels
Assurer la qualité totale
Intervenir sur une couleur
Gérer les tolérances
Gérer un système à teinter
Assurance qualité couleur
Guide d'élaboration du manuel qualité
L'expression fonctionnelle
Critères d'identité visuelle
Critères colorimétriques
Critères d'aspect
Critères d'application
Critères particuliers
Compléments couleur
Température de lumière
Relations de Kubelka & Munk
Formulation de teinte

Le brillant

AccueilLiens favorisÉcrivez-nousPlan du site
Le brillant | Aspect métalissé | Voile et peau d'orange | Aspect irisé


Mesure du brillant spéculaire

Dans les commentaires du terme "brillant" de la norme NF X08-000, on relève :

"Le brillant est une variété d'aspect de la finition (superficielle) des couleurs de "surface qui n'a pu, jusqu'à présent, faire l'objet d'aucune définition théorique "satisfaisante (susceptible de rendre compte du concept psychophysique impliqué par "ce mot)."

Une surface peut en effet nous apparaître brillante de différentes façons.

Une feuille d'aluminium même "mate" nous apparaît brillante.
 
De même, le brillant d'une plaque en opaline noire fraîchement polie ne nous paraîtra pas de même nature que le brillant d'une peinture carrosserie noire.

Comment, par des mesures, quantifier ces différences de perception visuelle liées naturellement à la couleur ?

La norme NF T30-064 relative au "mesurage de la réflexion spéculaire des feuils de peinture non métallisée à 20, 60 et 85°" va nous permettre de définir la mesure d'une première catégorie de brillant : le brillant spéculaire.

L'appareil qui permet de mesurer le brillant spéculaire est dénommé "brillancemètre". Trois angles de mesures sont normalisés en relation du niveau de brillant à mesurer. Le brillant est quantifié en "unité brillant" variant de 0 à 100 Bs.

La figure de droite, extraite d'une documentation BYK-GARDNER indique les angles à utiliser en fonction des valeurs en Bs.
Les brillancemètres ne sont, en principe, utilisés que pour mesurer le brillant spéculaire, c'est-à-dire, la partie du flux incident réfléchi selon la loi de FRESNEL. Cette partie ne représente environ que 4 % pour un indice de réfraction d'environ 1,5.


Les adjectifs mat, satiné, brillant par rapport à la norme

La norme NF X08-002 l'AFNOR donne une correspondance de qualificatif en fonction des valeurs Bs.




© Color ID
Mentions légales