Le phémomène couleur > L'observateur


Présentation
Nos compétences
Notre entreprise
Informations pratiques
Ecrivez nous
Liens Favoris
Nos procédés
Un ensemble cohérent
Identifier une couleur
Préconiser des couleurs
Formuler une couleur
Déterminer ses tolérances
Le phémomène couleur
Histoire des couleurs
La perception colorée
Le triplet
La lumière
L'objet
L'observateur
La trivariance visuelle
les mélanges de couleurs
Métrologie des couleurs
Les espaces chromatiques
Les écarts de couleur
Les tolétrances
Les indices
Les appareils de mesure
Les calculs colorimétriques
La couleur numérique
Gérer les images numériques
Périphériques numériques
La photo numérique
Couleurs & apparence
Plus noir que noir !
Le modèle d'apparence
Théorie sur l'apparence
Les illusions optiques colorées
Couleurs beaux arts et décoration
Colorimétrie industrielle
Identifier une couleur
Les gamuts industriels
Assurer la qualité totale
Intervenir sur une couleur
Gérer les tolérances
Gérer un système à teinter
Assurance qualité couleur
Guide d'élaboration du manuel qualité
L'expression fonctionnelle
Critères d'identité visuelle
Critères colorimétriques
Critères d'aspect
Critères d'application
Critères particuliers
Compléments couleur
Température de lumière
Relations de Kubelka & Munk
Formulation de teinte

Le daltonisme

AccueilLiens favorisÉcrivez-nousPlan du site
Sensibilité spectrale | Chimie des cônes | Vision diurne et nocturne | Le daltonisme | Limites angulaires | Le cerveau


Anomalies des pigments visuels


Cliquer pour agrandir




Les anomalies des cônes provoquent les cas de daltonisme (voir ci contre)


TypeCauseFréquence
Anomalies rouge/vertDichromatesRouge négatif (protanopes)15%H 3-8%
F 1/1000
Vert négatif (deuteranopes)50%
Trichromates anormauxRouge faible (protanormal)15%
Vert faible (deuteranormal)15%
Monochromie bleuRouge négatif et vert négatif1/100 000
Anomalie bleuBleu négatif (tritanope)1/10 000
AchromatopsiePas de cônes fonctionnels1/20 000
Retinictis pigmentosaPas de bâtonnets fonctionnelsTrès rare


Le test d’ISHIHARA


Cliquer pour agrandir


Le test d'Ishihara est certainement le plus connu et le plus utilisé de tous les tests de vision des couleurs.

Ce test date de 1917 mais il est toujours pratiqué de ne jours, ce qui lui confère une sérieuse valeur d’efficacité, il doit être réalisé par un ophtalmologiste.

L' "Ishihara test for colour blindness" est un recueil d’une quarantaine de planches pseudoisochromatiques





© Color ID
Mentions légales