Assurance qualité couleur > Critères d'aspect


Présentation
Nos compétences
Notre entreprise
Informations pratiques
Ecrivez nous
Liens Favoris
Nos procédés
Un ensemble cohérent
Identifier une couleur
Préconiser des couleurs
Formuler une couleur
Déterminer ses tolérances
Le phémomène couleur
Histoire des couleurs
La perception colorée
Le triplet
La lumière
L'objet
L'observateur
La trivariance visuelle
les mélanges de couleurs
Métrologie des couleurs
Les espaces chromatiques
Les écarts de couleur
Les tolétrances
Les indices
Les appareils de mesure
Les calculs colorimétriques
La couleur numérique
Gérer les images numériques
Périphériques numériques
La photo numérique
Couleurs & apparence
Plus noir que noir !
Le modèle d'apparence
Théorie sur l'apparence
Les illusions optiques colorées
Couleurs beaux arts et décoration
Colorimétrie industrielle
Identifier une couleur
Les gamuts industriels
Assurer la qualité totale
Intervenir sur une couleur
Gérer les tolérances
Gérer un système à teinter
Assurance qualité couleur
Guide d'élaboration du manuel qualité
L'expression fonctionnelle
Critères d'identité visuelle
Critères colorimétriques
Critères d'aspect
Critères d'application
Critères particuliers
Compléments couleur
Température de lumière
Relations de Kubelka & Munk
Formulation de teinte

Aspect métalissé

AccueilLiens favorisÉcrivez-nousPlan du site
Le brillant | Aspect métalissé | Voile et peau d'orange | Aspect irisé

L'astect métalisé et le "brillant miroir"

La norme donne 100 Bs pour un verre d'indice de réfraction de 1,567. On peut donc déduire que 100 Bs correspondent à environ 4 % de spéculaire.
 
Dans ce cas, si on mesure le brillant d'un miroir, le brillancemètre est dans l'incapacité de fournir une valeur.
 
Nous introduisons donc la notion de "brillant miroir".

Afin de dissiper toute équivoque, nous reproduisons, ci-après, le tableau édité dans la norme NF T73-602.


Notons que dans le vocabulaire AFNOR la réflexion régulière est assimilée à la réflexion spéculaire, définition NF X08-000 :
 
"Réflexion obéissant aux lois optiques (ou lois de DESCARTES), valables pour les "miroirs".
 
Comme nous l'avions annoncé le terme brillant est mal défini et la distinction entre brillant spéculaire et brillant miroir n'est pas normalisée.

Le terme "Mirror gloss" étant pourtant utilisé par les constructeurs de brillancemètres, nous utiliserons sa traduction française "Brillant miroir" pour la distinguer du "brillant spéculaire".
 
La norme établissant que 100 Bs correspondent à une réflexion spéculaire selon FRESNEL, pour un verre de 1,567 d'indice de réfraction, le miroir idéal aurait en unité Bs :(fig. droite)

Cela signifie que l'effet métallique maximum est de l'ordre de 2000 Bs (gu en anglais) pour un brillancemètre conçu pour mesurer la fraction spéculaire de FRESNEL.
 
Suivant le degré de l'effet métallique, on utilisera le brillancemètre :
 
* 20° pour 2000 gu
* 60° pour 1000 gu
* 85° pour  160 gu
 
Lorsque l'on mesure le brillant sur un échantillon ayant un effet métallique, il faut prendre soin d'utiliser un brillancemètre adéquat, sinon les mesures n'ont aucune signification.



© Color ID
Mentions légales