Métrologie des couleurs > Les appareils de mesure


Présentation
Nos compétences
Notre entreprise
Informations pratiques
Ecrivez nous
Liens Favoris
Nos procédés
Un ensemble cohérent
Identifier une couleur
Préconiser des couleurs
Formuler une couleur
Déterminer ses tolérances
Le phémomène couleur
Histoire des couleurs
La perception colorée
Le triplet
La lumière
L'objet
L'observateur
La trivariance visuelle
les mélanges de couleurs
Métrologie des couleurs
Les espaces chromatiques
Les écarts de couleur
Les tolétrances
Les indices
Les appareils de mesure
Les calculs colorimétriques
La couleur numérique
Gérer les images numériques
Périphériques numériques
La photo numérique
Couleurs & apparence
Plus noir que noir !
Le modèle d'apparence
Théorie sur l'apparence
Les illusions optiques colorées
Couleurs beaux arts et décoration
Colorimétrie industrielle
Identifier une couleur
Les gamuts industriels
Assurer la qualité totale
Intervenir sur une couleur
Gérer les tolérances
Gérer un système à teinter
Assurance qualité couleur
Guide d'élaboration du manuel qualité
L'expression fonctionnelle
Critères d'identité visuelle
Critères colorimétriques
Critères d'aspect
Critères d'application
Critères particuliers
Compléments couleur
Température de lumière
Relations de Kubelka & Munk
Formulation de teinte

Géométries optiques

AccueilLiens favorisÉcrivez-nousPlan du site
Géométries optiques | Colorimètres | Spectromètres


Principe et description

Les appareils de mesure de la couleur sont construits selon une géométrie optique normalisée afin d'assurer une architecture dite "à double faisceau" permettant de mesurer simultanément le flux incident et le flux réfléchi.

Pour définir la géométrie de mesure, on se réfère à l'angle du faisceau incident par rapport à la perpendiculaire au plan de la surface mesurée. On annonce en premier, l'angle du faisceau incident et en second, celui parcouru par la lumière réfléchie par l'objet.
 
 
Lorsque le faisceau n'a pas de direction déterminée et qu'il se dirige dans toutes les directions, on dit alors qu'il est diffus et l'angle est symbolisé par la lettre "d".  Une géométrie optique est donc définie par deux nombres ou par la lettre "d" et un nombre.

Les géométries normalisées (ISO 7724/1) sont les suivantes :
45/0 - 0/45 - d/8* - 8/d*


SymboleEclairementObservation
45/0dirigé 45°±5dirigé 0°±10
0/45dirigé 0°±10dirigé 45°±5
d/8diffus sphère d’intégrationdirigé 8°±2
8/ddirigé 8°±2diffus sphère d’intégration



Critères de choix d'une géométrie

GéométrieIntégration brillantIntégration textureSurfaces lissesSurfaces texturéesAspect métallisé ou irisé
45/0 ou 0/45NonNonBonMauvaisMauvais
d/8 ou 8/d spéculaire excluNonOuiBonBonMauvais
d/8 ou 8/d spéculaire inclusOuiOuiBonBonBon

On entend par surface lisse, une surface parfaitement lisse et parfaitement homogène, cas rarissime en imprimerie par exemple.


L'interprétation de ce tableau pourrait conduire à considérer que la d/8 ou 8/d en inclus est la meilleure géométrie. Ceci est vrai si l'on travaille avec des produits d'aspect et de surface toujours identiques. Cependant, le fait que cette géométrie intègre aussi bien la texture que le brillant conduit à interpréter un écart de brillant ou de texture comme un écart de teinte.




© Color ID
Mentions légales