Métrologie des couleurs > Les écarts de couleur


Présentation
Nos compétences
Notre entreprise
Informations pratiques
Ecrivez nous
Liens Favoris
Nos procédés
Un ensemble cohérent
Identifier une couleur
Préconiser des couleurs
Formuler une couleur
Déterminer ses tolérances
Le phémomène couleur
Histoire des couleurs
La perception colorée
Le triplet
La lumière
L'objet
L'observateur
La trivariance visuelle
les mélanges de couleurs
Métrologie des couleurs
Les espaces chromatiques
Les écarts de couleur
Les tolétrances
Les indices
Les appareils de mesure
Les calculs colorimétriques
La couleur numérique
Gérer les images numériques
Périphériques numériques
La photo numérique
Couleurs & apparence
Plus noir que noir !
Le modèle d'apparence
Théorie sur l'apparence
Les illusions optiques colorées
Couleurs beaux arts et décoration
Colorimétrie industrielle
Identifier une couleur
Les gamuts industriels
Assurer la qualité totale
Intervenir sur une couleur
Gérer les tolérances
Gérer un système à teinter
Assurance qualité couleur
Guide d'élaboration du manuel qualité
L'expression fonctionnelle
Critères d'identité visuelle
Critères colorimétriques
Critères d'aspect
Critères d'application
Critères particuliers
Compléments couleur
Température de lumière
Relations de Kubelka & Munk
Formulation de teinte

Les écarts paramètrables

AccueilLiens favorisÉcrivez-nousPlan du site
Modélisation des ellipses de MacAdam | écarts globaux | les repères circulaires | les écarts dimensionnels | Les écarts paramètrables


Les écarts tridimensionnels elliptiques


Cliquer pour agrandir

Plutôt que de multiplier le nombre de tolérances, il semble plus simple de définir une ellipse dans deux directions qui s’approche des ellipses de Mac Adam.

Une telle modélisation existe depuis les années 1960 avec la formule de différence de couleur FMC2, mais celle ci utilise près d’une dizaine de coefficients…

Pour faire plus simple l’industrie textile de Grande Bretagne a mis au point et utilisé dès 1984 une formule d’ellipsoïde liée aux trois valeurs L*, C* et h° grâce à deux coefficients.

Avec deux valeurs il est donc possible de paramètrer de tels écarts qui sont plus en conformité avec notre perception que les écarts globaux et moins complexe à établir que les écarts tridimensionnels.


Les écarts CMC et CIE DE*94

La formule d’écart de couleur de l’industrie textile Anglaise fut baptisée CMC pour « Colour Measurement Comittee ».

1994 : Normalisation du DE*94

Aux vues des résultats obtenus par l’organisme américain AATCC sur les appréciations des différences de couleur en DECMC, la commission internationale de l’éclairage CIE a décidé de normaliser le DE*94  en partant du modèle L*C*h°* CIE1976.

Son équation , plus complexe que l’écart global DE 76,  prend en compte les différences de luminosité -  de teintes  et de saturation.





© Color ID
Mentions légales