Assurance qualité couleur > Critères d'aspect


Présentation
Nos compétences
Notre entreprise
Informations pratiques
Ecrivez nous
Liens Favoris
Nos procédés
Un ensemble cohérent
Identifier une couleur
Préconiser des couleurs
Formuler une couleur
Déterminer ses tolérances
Le phémomène couleur
Histoire des couleurs
La perception colorée
Le triplet
La lumière
L'objet
L'observateur
La trivariance visuelle
les mélanges de couleurs
Métrologie des couleurs
Les espaces chromatiques
Les écarts de couleur
Les tolétrances
Les indices
Les appareils de mesure
Les calculs colorimétriques
La couleur numérique
Gérer les images numériques
Périphériques numériques
La photo numérique
Couleurs & apparence
Plus noir que noir !
Le modèle d'apparence
Théorie sur l'apparence
Les illusions optiques colorées
Couleurs beaux arts et décoration
Colorimétrie industrielle
Identifier une couleur
Les gamuts industriels
Assurer la qualité totale
Intervenir sur une couleur
Gérer les tolérances
Gérer un système à teinter
Assurance qualité couleur
Guide d'élaboration du manuel qualité
L'expression fonctionnelle
Critères d'identité visuelle
Critères colorimétriques
Critères d'aspect
Critères d'application
Critères particuliers
Compléments couleur
Température de lumière
Relations de Kubelka & Munk
Formulation de teinte

Voile et peau d'orange

AccueilLiens favorisÉcrivez-nousPlan du site
Le brillant | Aspect métalissé | Voile et peau d'orange | Aspect irisé


Deux défauts de surface

Nous avons décrit comment mesurer le brillant sur des surfaces non métallique et métalliques.
 
Il nous reste à pouvoir mesurer d'autres qualités (ou défaut) de la surface, affectant le brillant et pouvant avoir une incidence sur la perception de la couleur.

Les surfaces brillantes de valeurs élevées Bs > 70 peuvent présenter des phénomènes de surface qui n'affectent pas la mesure du brillant mais qui cependant ne génèrent pas la même perception visuelle.

Cela conduit à effectuer d'autres mesures sur ces surfaces pour s'assurer de l'identité de perception visuelle de deux surfaces de même valeur de brillant spéculaire.

En premier lieu, le phénomène de "voile" (Haze en anglais) qui se traduit par un aspect "laiteux" affectant par exemple la "netteté" d'une image réfléchie par la surface voilée (§ question suivante).

En second lieu, le phénomène de "peau d'orange" (Wave en anglais) qui est provoqué par une mauvaise "tension" de la surface qui comporte une altération sous forme de "micro-vagues" et affecte également la "netteté" d'une image réfléchie.


Le voile ou Haze

Le voile est provoqué par une dispersion de la lumière au niveau de la surface. En général, la surface n'est pas lisse mais présente une structure microscopique invisible à l'oeil nu qui peut être due à de mauvaises conditions d'application, par exemple, une microcondensation de l'humidité ambiante lors de la phase du séchage, ce phénomène étant connu sous le vocable anglais "blush". D'autres causes comme un mauvais équilibre de la phase solvant ou une légère incompatibilité solvant/véhicule peuvent provoquer le phénomène de voile.

La mesure du voile revient à mesurer le degré de dispersion de la lumière réfléchie entre 17,3 et 22,7° d'un faisceau incident à 20°.

Ci contre mesure avec un appareil BYK Gardner



Peau d'orange


Le phénomène de "peau d'orange" (wave en anglais) est provoqué par une mauvaise "tension" de la surface qui comporte une altération sous forme de "micro-vagues" et affecte la "netteté" d'une image réfléchie.

Ce phénomène est quantifiable en réalisant une mesure du brillant de manière dynamique( par déplacement sur la surface), l'absence de peau d'orange se manifestant par une valeur constante du brillant




© Color ID
Mentions légales