Métrologie des couleurs


Présentation
Nos compétences
Notre entreprise
Informations pratiques
Ecrivez nous
Liens Favoris
Nos procédés
Un ensemble cohérent
Identifier une couleur
Préconiser des couleurs
Formuler une couleur
Déterminer ses tolérances
Le phémomène couleur
Histoire des couleurs
La perception colorée
Le triplet
La lumière
L'objet
L'observateur
La trivariance visuelle
les mélanges de couleurs
Métrologie des couleurs
Les espaces chromatiques
Les écarts de couleur
Les tolétrances
Les indices
Les appareils de mesure
Les calculs colorimétriques
La couleur numérique
Gérer les images numériques
Périphériques numériques
La photo numérique
Couleurs & apparence
Plus noir que noir !
Le modèle d'apparence
Théorie sur l'apparence
Les illusions optiques colorées
Couleurs beaux arts et décoration
Colorimétrie industrielle
Identifier une couleur
Les gamuts industriels
Assurer la qualité totale
Intervenir sur une couleur
Gérer les tolérances
Gérer un système à teinter
Assurance qualité couleur
Guide d'élaboration du manuel qualité
L'expression fonctionnelle
Critères d'identité visuelle
Critères colorimétriques
Critères d'aspect
Critères d'application
Critères particuliers
Compléments couleur
Température de lumière
Relations de Kubelka & Munk
Formulation de teinte

Les tolétrances

AccueilLiens favorisÉcrivez-nousPlan du site

Les tolérances s'expriment en écarts limites

Quelque soit le type de production, continue ou discontinue, les tolérances d’acceptabilité appliquées aux contrôles de production doivent obéir à une seule règle :

Tolérance produit fini = 2 e+ tolérance production + tolérance réception
e = dispersion de la méthode de mesure

Ce qui suppose une méthode de mesure unique (ou assimilable à unique) pour pouvoir respecter la constante ε correspondant à la dispersion de la méthode de mesure.Soit de rechercher une formule de calcul d'écart global qui optimise l'uniformité.

Soit d'exprimer les limites de manière tridimensionnelle pour compenser le manque d'uniformité



Les tolérances lors d'un assemblage

Ci contre l’exemple du bleu « Jacquart » imprimé sur différentes parties d’un même produit.

Selon que le bleu est imprimé sur le surbouchage, l’étiquette, l’emballage de luxe ou le suremballage les tolérances doivent être différentes.

Notons que dans ce cas précis l’impression sera réalisée par des imprimeurs différents ce qui impose la prise en compte de la métamérie.

On peut citer ici la notion de niveaux de flexibilité introduite par les normes d'assurance qualité : Le nominal et les polérances associées sont communs à tous les intervenants, seuls les niveaux de flexibilités diffèrent selon l'usage final de la couleur.



Ecart global le "Delta E"
Le "Delta E" correspond à une sphère


écart tridimensionnel L*a*b*
Cet écart correspond à un parallélipipéde


écart tridimensionnel L*C*h°
Cet écart correspond à un secteur d'anneau
 
Aucun de ces écarts ne s'intègre correctement dans une ellipse

© Color ID
Mentions légales